Le jardin n’est pas la nature, mais sa représentation et plus particulièrement la relation que l’homme entretient avec elle. Il est un lieu scénographié, où l’on joue en composant des formes et des déambulations. Le jardin est un espace vivant, en perpétuelle évolution, un lieu de culture végétale, sociale et de connaissances. Il est (ou pas) un espace botanique, c’est un lieu avant tout ou l’on cultive et dans lequel l’homme projette ses idées et ses fantasmes, ses créations.

Dans un premier temps, comme pour l’écriture d’une histoire, il s’agit de traduire les parti-pris, les aspects techniques, esthétiques et conceptuels. Tout d’abord, le dessin s’impose sous forme de plans, de croquis, collages, stop motion, peintures et expérimentations graphiques.
La formalisation du jardin n’a pas été conçue dans la globalité, elle a pris forme à travers une accumulation de plans, de calques qui se superposent, composent et recomposent les différentes notions qui seront développées par la suite. Cette phase exploratoire a permis l’élaboration de réalisations plastiques sur papier ou tissus avec pour volonté de développer une écriture singulière.

 
 
http://cecilebouttet.fr/files/gimgs/th-35_DSC07502.jpg
 
 
http://cecilebouttet.fr/files/gimgs/th-35_Img_2019_Resultat.jpg
 
 
http://cecilebouttet.fr/files/gimgs/th-35_DSC04578.jpg
 
 
http://cecilebouttet.fr/files/gimgs/th-35_DSC07489_v2.jpg
 
 
http://cecilebouttet.fr/files/gimgs/th-35_DSC07501.jpg